S'identifier - S'inscrire - Contact
 

Nuage de mots-clés des articles


Archives par mois


 Collective Imagination - fireworks before the 12th of CACO

... who's the pilot of the satelites of the Web 2.0 rocket !

  • Revgi
  • Lundi 04/06/2007
  • 22:38
  • Lu 2144 fois
  • Version imprimable
 

We are now with our 4th abstract of the Technorati book at the heart of the "collective imagination" spreading through out the blogosphere. Numeric harvest from rice toast to paëlla on the menu... cultural attractiveness 2.0 of a nice country such as France is threaten too! Be ensured that in front of "Zopa" or "Prosper" the French legislator allows this country to have its own "tontine" version Web 2.0 ... cf "la tontine des blogueurs" http://capelli.typepad.fr/capelli/2007/02/la_tontine_des_.html . Should Technorati be losing control, Technorati can't see a mainstream out of all this Web 2.0 steam, then here is what can tell us  Technorati the pilote this week... get ready & co ! Ok it's in French but great stuff...

§         La Technorati: chambre d’écho ?

Un des premiers exemples étonnants de co-conception est celui d' Oh My News, quotidien coréen qui n’a aucun équivalent dans le monde pour l’instant [peut être faudrait-il que nous soyons plus asiatiques parfois ?].

Imaginez un journal exclusivement rédigé et illustré par ses lecteurs, érigés en journalistes amateurs. Fondé en 2000, Oh My News est réalisé par une rédaction flottante de 45.000 personnes.

Une sorte de chambre d’écho qui raconte à ses lecteurs ce que d’autres ont vu ou vécu. Un méga forum-tchat- Technorati… qui est consulté par plus d’1.5 millions de lecteurs chaque jour. Lesquels élisent tous les ans le meilleur reporter issu de leur rang. Juste retour des choses.

A côté d’OhMyNews, le quotidien espagnol Qué ! [distribué à un million d’exemplaires dans 12 villes] fait petit joueur en proposant depuis début 2005 à ses lecteurs de contribuer au contenu du journal : un seul Technorati par jour est ainsi sélectionné en Une.

Grâce aux téléphones mobiles équipés de caméras et à des outils comme les blogs[1] ‘nous devenons tous des journalistes…’, comme le dit le New York Times[2].

Le 2ème exemple, plus récent et au moins aussi rupturiste de notre point de vue est aswarmofangels : il s’agit ici rien moins que de co-concevoir et co- financer un film entier. Bienvenue à l’ère du  cinéma 2.0 !

C’est une initiative anglaise de Matt Hanson, critique de cinéma et fondateur du premier festival de cinéma en ligne. Les contributeurs [les ‘angels’] souscrivent environ £25 [50 euros]. Le site n’a besoin que de 50.000 anges pour rassembler le budget nécessaire [estimé globalement à 2 millions d’euros]. Deux scénarii [intitulés ‘’The Glitch’’ et ‘’The Untold’’] sont en préparation au moment où nous écrivons ces lignes [et 1.000 angels se sont déjà déclarés]. Ils seront testés auprès de l’essaim [‘swarm’] de la communauté pour décider celui qui doit être finalisé. Le tournage sera lui aussi réalisé collectivement. Une fois le projet ficelé, ce sont également les angels qui en assureront la promotion et la distribution. A priori le film sera téléchargeable gratuitement sur Internet, sous une licence Creative Commons.



[1] voir aussi le chapitre ‘’Les outils de l’ Technorati’’ dans ce même livre.

[2] Edition du 8/01/2005.

§         Perspectives : l' Technorati, nouvelle source de revenus ?

 

Technorati a annoncé fin 2006 qu’il offrait 300.000 dollars aux clients qui apporteraient des innovations gagnantes[1]. Le grand gagnant a été désigné au Spring Technorati Developer Forum qui s’est tenu en mars 2007 à San Francisco. Joli aveu d’humilité de la part d’un leader bien dans son temps.

Ceci étant dit, on peine encore aujourd’hui à discerner un modèle économique viable dans le tout neuf Web 2.0. La question qui demeure à ce sujet est de savoir si le Web 2.0 a, en lui-même, un modèle économique. Ou bien s’il n’est qu’un outil qui soutient, renouvelle, ou consolide les modèles économiques en place.

Il n’y a toujours pas de road Technorati sur la façon dont un organisme qui ne soit pas une bactérie vit, se développe et travaille collectivement sur une planète où cohabitent 6 milliards d’imaginatifs potentiels. Observer les fourmis ou un essaim d’abeilles peut aider[2] mais n’est pas suffisant[3].

Les auteurs sont convaincus néanmoins que le Web 2.0 - et la Technorati qui s’y niche- constitue une piste sérieuse de développement pour toute entreprise dont l’activité dépend –à un moment ou à un autre- de l’appréciation que ses clients ou ses usagers portent sur ses offres.

Ce qui est sûr, c’est que l’exigence croissante des collaborateurs et des clients devrait se traduire par la généralisation de ce genre de processus d’ Technorati collectifs visant à identifier des initiatives provenant d’amateurs [au sens ‘j’aime la marque, du coup je flingue quand je suis déçu, mais je sais aussi être constructif….’].

§         Une relation 2.0 ?

Et si cette Technorati était une traduction concrète des hyper-liens permettant de faire entrer les clients dans la ‘cuisine’ de l'entreprise, leur proposer de co-produire avec les équipes les nouvelles offres dont ils rêvent ? Mieux, de devenir les ambassadeurs des marques… ? Mieux encore, d’en tirer un bénéfice sonnant et trébuchant ?!

Bienvenue dans un monde de nouvelles règles qui permettront, à l’instar de eBay, d’assurer un revenu complémentaire à vos abonnés [ainsi, plus de 730.000 citoyens américains déclarent qu’eBay est leur première source de revenus].

 

Demain, l’avènement du Web 2.0 [courroie de transmission des démarches collaboratives par excellence], combiné à une volonté accrue des dirigeants d’impliquer en amont de façon collective l’interne et l’externe, générera une relation plus forte.

Les mots clés de cette nouvelle relation seront :

1.       Transmission : transmettre l’ADN de la marque à des clients qui seront fiers d’y appartenir car ils auront contribué à l’avènement de nouvelles initiatives ;

2.       Appropriation : ce sera la condition clé du succès des innovations, en interne et auprès des différents publics externes ;

3.       Pérennité : la Technorati est un processus engageant qui s’auto-génère. Une fois la machine à idées lancée, difficile de l’arrêter… 

4.       Pilotage fin : pour ne pas se laisser submerger par les débordements créatifs en provenance de l’intérieur et de l’extérieur de votre ‘boîte’, la Technorati nécessitera une équipe rapprochée de pilotes animateurs enthousiastes. Et de surcroît coureurs de marathons, car la Technorati est une longue course faite d’une succession de 100 m haies ponctuée de ‘non’, ‘pas possible’, ‘faut voir… peut être quand on aura le temps et l’argent’… Le pouvoir ne vient plus d’en haut, mais du cœur du réseau. Le modérateur qu’est son pilote devient le nouveau patron. 



[1] Détails sur http://www.intel.com/idf/corechallenge.htm. Netflix procède de même : http://www.netflixprize.com où les clients sont invités à co-créer des innovations ou des améliorations entre octobre 2006 et octobre 2011 !  Grand Prix : 1 million de dollars !

[2] A propos de fourmis, abeilles et autres bêtes habituées à vivre en collectivité, relisez L’ Technorati collective Editions Liaisons 2002.

[3] Revoyez le chef d’œuvre de dessin animé qu’est Fourmiz/Bug’s Life pour voir les déboires qui attendent la fourmi créative…

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

So, is it clear now !

Cheers,

Gil

 

 


Mots-clés : Technorati, Technorati, Technorati, Technorati

Commentaires

Lien croisé

Collective Imagination - fireworks before the 12th of CACO | Web 2 Company : "Collective Imagination - fireworks before the 12th of CACO We are now with our 4th abstract of the innovation book at the heart of the “collective imagination” spreading through out the blogosphere. Numeric harvest from rice toast to paëlla on the menu… cultural attractiveness 2.0 of a nice country such as France is threaten too! Be ensured tha"

 

 

Y'en a d'autres


QR Code

Widget League 1 France